Un quota pour les cathos



Dans son allocution du 24 novembre, Emmanuel Macron a défini un quota de cathos admissibles à la messe : 30 par célébration – Macron dirait sans doute plutôt par séance. Au-delà, verboten ! On ne sait d’ailleurs pas trop ce qui se passera si cette limite de prière est dépassée : les contrevenants seront-ils verbalisés ? Verboten et verbalisé ont un peu la même racine, non ? Mais comment savoir qui sera arrivé le premier, qui le trentième et qui le dernier ? La chose sera d’autant plus difficile à déterminer que dans cette fichue religion, les premiers sont les derniers.

En revanche, va-t’en savoir pourquoi, la limitation n’est pas opérante dans maints autres lieux. Les cathos paraissent servir de têtes de Turc au locataire de l’Elysée (nonobstant le fait que, d’ordinaire, les Ottomans sont plutôt tournés vers la Mecque que vers Rome). Petit résumé des oukases en Absurdistan macronien :

Pas plus de 30 : chapelle Saint-Samson, en Landunvez (poussez pas, quoi !)

Pas plus de 30 non plus : Cathédrale de Chartres (173 m² par fidèle : ce n'est plus de la "distanciation sociale", c'est de l'érémitisme !)

Plus de 30 (mais à partir du 15 décembre) : un théâtre à Montparnasse

Plus de 30 aussi (toujours le 15 décembre) : un grand cinéma sur les grands boulevards parisiens

30 moins 30 égale zéro : un restaurant bien de chez nous (mais pour combien de temps encore avant d'être racheté par les Chinois ou transformé en Starbucks ?)

Plus de 33 ? Un temple maçonnique.

Moralité : comme le disait Einstein, deux choses sont infinies : l'univers et la bêtise humaine.