Lou Ravéran de la crèche


Noël ! Noël ! Oyez bonnes gens, notre ministricule de la santé a fait savoir, le 3 novembre qu’en 2020, « Noël se fera dans tous les cas de figure. Noël aura évidemment lieu et se fera dans la joie. » Allez, sans charre ? Finalement, il a décidé de ne pas coronavirer le 25 décembre du calendrier ? Grâce à lui, le père Coca-cola tout de rouge vêtu aura donc le droit de descendre dans les cheminées ramonées pour mettre des joujoux dans les souliers des petits zenfants.

Pour la messe, bien que la naissance de l’enfant Jésus soit quelque peu à l’origine et au centre de la fête, m’est avis qu’il faut rester prudent, monsieur le ministre créchant plutôt chez les laïcards ; mais après tout, même avec lui on n’est pas à l’abri d’une bonne surprise. Si je devais lui assigner un rôle parmi les santons de Provence, ce serait sans doute celui de « lou ravi », le benêt macroniste du village mondial… à condition, toutefois, qu’il apprenne à sourire. Mais à Noël, les miracles sont permis.