Macron a trouvé le remède au chômage

Jupicron, dans son génie, a trouvé le remède contre le chômage : il suffit de transformer tout le monde en barman ou en serveur de restaurant. C’est en somme ce qu’il a répondu, le 15 septembre, à un jeune diplômé en horticulture qui se plaignait de ne pas trouver d’embauche : « Je traverse la rue et je vous trouve un emploi. (…) Si vous êtes prêt et motivé, dans l’hôtellerie, les cafés, la restauration, dans le bâtiment, il n'y a pas un endroit où je vais où ils ne me disent pas qu'ils cherchent des gens. »

Il a raison après tout, les meilleures choses ont une fin : il faut bien que jeunesse se passe à faire du jardinage, mais vient le moment de passer aux choses sérieuses et d'aller faire la plonge dans un restau. Toutefois, si l’on veut caser dans ce secteur d’activité les 6 6 238 900 chômeurs recensés en France métropolitaine au deuxième trimestre 2018, il va falloir embaucher rapidement dans le bâtiment pour construire fissa les établissements adéquats. Après quoi, il ne restera plus qu'à attirer des millions de touristes supplémentaires pour achalander tous ces restaurants - ce qui ne devrait pas poser trop de difficultés avec l'arrivée massive des Chinois. Ainsi, dans cinq ans, quand les Français l’auront renvoyé dans ses foyers, Macron lui-même, au chômage, pourra lui aussi devenir serveur ou barman.

Je galège : dans cinq ans, l’énarque Macron, s’il ne retourne pas pantoufler chez Rothschild, retrouvera une place toute chaude au sein de son administration d’origine, le corps des inspecteurs des Finances. C’est la différence qui sépare la France d’en bas de la France en bas de soie (comme disait Napoléon à propos de Talleyrand). C’est beau, c’est grand, c’est généreux, la haute fonction publique.