Le Cucul-clan a le vent en poupe

Le Cucul-clan, lobby qui travaille sans répit à élargir les "droits" de la "Communauté" (et dont les militants ne sauraient être confondus avec l’ensemble des homosexuels) ne cesse de s’étendre, si l’on en juge par l’accroissement alphabétique de son sigle de combat.

Aux LGBT (pour lesbiennes gays bi et trans) se sont ajoutés deux lettres, le Q et le I. Encore une et ils pourront faire un scrabble, avec toutes chances de gagner pour peu qu’ils le placent sur un mot compte "trouple", pour suivre une mode équatoriale : en Colombie, trois hommes ont récemment été "mariés"...

Si j’ai bien compris, le Q (lettre postérieure) signifie "Queers" et le I, "Intersexué-e-s". Il reste encore vingt lettres dans l’alphabet latin pour prévoir de futures extensions à d’autres pratiques, qui restent à déterminer ou à inventer (encore qu’en cette matière, l’innovation et l’imagination demeurent somme toute assez limitées). On pourrait imaginer de remplacer efficacement les lignes du tableau de vision ophtalmologique, MRTVFUENCXOZD, qui ne veut aujourd’hui rien dire, par le nouvel acronyme : LGBTQIWZMPTRSN, par exemple, qui aurait une véritable signification et présenterait l’avantage d’assurer la publicité des nouveautés sexuelles dans le vent. Les bons voyants deviendraient de bon voyeurs. Et en cas d’insuffisance lexicale, les cinq mille signes de l’alphabet chinois devraient permettre à chacun de trouver son bonheur.

Au mois de juin, lors de la "marche des fiertés homosexuelles" (gay-pride) qui est l’une des manifestations favorites du Cucul-clan, gay-lurons et gay-luronnes défilaient avec pour principale revendication « la PMA pour toutes », c’est-à-dire essentiellement pour les lesbiennes. Il s’agirait, au nom de l’Egalité, de priver des enfants de pères pour consacrer le "droit à l’enfant" des adultes, quels que soient leurs choix sexuels. Cette réclamation a été adoptée par les personnalités politiques progressistes, comme le maire de Paris Anne Hidalgo, qui a indiqué avoir « toujours soutenu la PMA » – sans toutefois convaincre la totalité des militants LGBTQIPRTZCKOMF, qui l’ont quelque peu chahutée. Emmanuel Macron, qui avait inscrit dans son programme de campagne ladite « PMA pour tous », a eu à cœur de gazouiller sur twitter un message exultant : « La France est arc-en-ciel. Nous sommes riches de nos diversités, soyons-en fiers ». Et Valérie Pécresse s’est empressée de rappeler que la région Ile-de-France, qu’elle préside, « demeure en 2017 le premier financeur de la Marche des Fiertés, à hauteur de 25.000 euros, soit un quart du budget consacré à son organisation ».

Certes, les "conservateurs", qui ont depuis deux siècles vocation à conserver toutes les avancées de la Révolution à mesure qu’elles se produisent, se font encore tirer l’oreille, mais c’est pour mieux avoir le plaisir de se rallier plus tard à la victoire de leurs adversaires, comme vient de le faire Eric Ciotti, l’homme de droite bien dans ses bottes, qui regrette aujourd’hui d’avoir participé à la Manif pour tous. Sitôt l’accès à la procréation médicalement assistée légalement autorisée aux lesbiennes, il invoquera sans doute le fameux "effet cliquet" pour célébrer comme il se doit cette avancée civilisationnelle…

Cette félicité ne devrait plus tarder, puisque le Comité consultatif national d’éthique, cénacle de socialistes purgé par les soins de François Hollande de ses éléments douteux, vient d’approuver cette légalisation. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, la Cour de cassation vient de reconnaître la filiation des enfants nés de mère porteuse à l’étranger, ce qui reste insuffisant aux yeux des amis de Pierre Bergé, mais constitue un premier pas encourageant vers la location des utérus.

Là où passe le progrès, la civilisation trépasse.

Mots-clés :