Les grenouilles et le macron

Comme le dit un vieux proverbe tibétain d’une sagesse ancestrale : « Quand le crapaud et la grenouille se disputent sous le bec du héron, ne t'étonne pas que les deux se fassent bouffer. » Héron rime avec Macron. Et les querelles qui agitent les opposants au mondialisme avant que les élections soient passées ne riment, elles, à rien. Il sera toujours temps après les législatives de tirer les enseignements de la présidentielle et des erreurs de stratégie commises. D’ici le 18 juin, deuxième tour des élections et anniversaire de Waterloo (mais aussi de la victoire de Patay remportée par Jeanne d’Arc), je propose au peuple grenouillant de méditer le vieux dicton breton à la proverbiale sagesse : « Si tu te tires une balle dans le pied avant que la course soit finie, ne sois pas surpris de la perdre. »

(Les lecteurs tibétains et bretons qui ne connaîtraient pas ces deux adages sont excusés d'avance.)

Mots-clés :