Rechercher
  • eletty

Le macronisme de mal en psy












Signe des temps jupiteux, pour consoler les étudiants de ne plus assister physiquement à leurs cours délivrés à distance, d’être coupés de leurs amis par les confinements et couvre-feu, d’avoir perdu les petits boulots qui les faisaient vivre, de ne plus pouvoir sortir le soir, ni échafauder de projets, de savoir leur avenir professionnel compromis par la crise économique et une dette publique galopante, en somme d’être privés de leur jeunesse (on n’a pas tous les jours vingt ans, dit la chanson), Emmanuel Macron a trouvé la panacée : leur offrir un " chèque psy ", autrement dit deux ou trois séances gratuites chez le psychologue. D’un point de vue républicain, la solution me semble bienvenue : les jeunes sont moins menacés par le coronavirus que les centenaires, ce qui crée un vrai problème d’égalité. Égalitairement parlant, il est donc souhaitable que la jeunesse estudiantine (la générosité présidentielle ne s’étend pas aux jeunes actifs) soit réputée atteinte, elle aussi, par le coronavirus, au moins psychologiquement. Tous chez le toubib ! Le knockisme, c’est la santé, n’importe quel membre de conseil de défense sanitaire vous le dira. Et si le psy ne remplace pas les copains, pour peu qu’il soit de bonne compagnie et qu’il ait une bière à leur offrir au coin du canapé, il pourra donner l’impression à ses nouveaux clients d’avoir retrouvé un peu du « lien social » (comme on dit) perdu.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout