Rechercher
  • François Couteil

Jupiteux et la poudre à éléphants roses



L’allocution télévisée de Jupiteux, le 24 novembre dernier, m’évoquait, en l’écoutant, une chanson de Jacques Dutronc : « Fais pas ci fais pas ça / À dada prout prout cadet / À cheval sur mon bidet /Mets pas tes doigts dans le nez / Tu suces encore ton pouce / Qu'est-ce que t'as renversé / Ferme les yeux ouvre la bouche / Mange pas tes ongles vilain / Va te laver les mains / Ne traverse pas la rue / Sinon panpan tutu… »

Dans la version macronienne, cela donne : « Fais pas ci fais pas ça / Portons le masque prout prout Cadet / Y compris à la maison lorsque nous sommes avec des amis ou avec des parents / Mets pas tes doigts dans le nez / Veillons à ne pas être trop nombreux à table / Tu suces encore ton pouce / Appliquons scrupuleusement tous les gestes barrière / Va te laver les mains / Mange pas tes ongles vilain / Respecter les distances / Ne traverse pas la rue / Aérer toutes les heures les pièces / Sinon panpan pru-prune ! »

Je trouve les Français plutôt bons enfants de supporter d’être ainsi infantiliser par un pouvoir qui, jusqu’à présent, les a collectivement mis au piquet tout en leur racontant des contes bleus, comme celui du gentil président qui sauve son peuple en décrétant un deuxième confinement. Il semble que la « deuxième vague » d’épidémie contre laquelle le jupiteux président mettait en garde nos compatriotes avait pratiquement atteint son pic au moment même où le reconfinement a été décidé, ce qui n’empêche pas le susdit d’affirmer aux Français qu’il leur a sauvé la vie.

Pour rester dans le domaine des histoires pour enfants, j’ai trouvé, parmi les commentaires laissés par ses lecteurs sur l’intéressant blog Internet de Gérard Maudrux, ancien président de la caisse de retraite des médecins, la belle histoire de la « poudre à éléphants ». Un monsieur répand dans le jardin de son pavillon de banlieue une poudre bizarre. Comme l’un de ses amis lui demande pourquoi, il lui répond : « Pour faire fuir les éléphants ». « Mais il n’y en a pas, ici », s’étonne l’ami. « Ben oui, grâce à ma poudre… »


La poudre à éléphants roses d’Emmanuel Macron et de perlimpinpin, c’est le confinement. Et, croyez-y si vous voulez, c’est grâce à elle qu’on a évité 400 000 morts ces trois dernières semaines !


Chroniques macroniques de François Couteil. Publié dans Monde et Vie, décembre 2020.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout