Où Marlène troque la lutte des classes pour la lutte des chambres

Marlène Schiappa ne sait plus où donner de la voix, passant de la lutte contre l’excision à celle pour les quotas de femmes dans tous les domaines, et – sa dernière marotte – pour la défense des droits des femmes de chambre, qui « ne doivent plus être invisibles ». J’en connais au moins une qui aurait sûrement bien voulu l’être au mois de mai 2011, dans un Sofitel new-yorkais où logeait un cacique du PS... Pourquoi les femmes de chambre, plutôt que les femmes de ménage, par exemple ? Mystère. Peut-être Boubourde a-t-elle croisé une femme de chambre dans un hôtel de luxe, et pas la femme de ménage ? De même, pourquoi seulement les femmes et pas les hommes de chambre, pour respecter les fameux

Loiseau à Strasbourg : une oie chez les cigognes

​ Nathalie Loiseau a dirigé l’ENA, mais il n’est pas sûr qu’elle-même ait bien digéré l’enseignement qu’on y délivre. À moins qu’en bonne militante macroniste, elle ne veuille nous convaincre que la suppression de ce moule à " élites ", annoncée au mois d’avril par Emmanuel Macron, s’impose de toute urgence ; mais était-il besoin d’en faire autant pour convaincre les Français de cette évidence ? Au début du mois, l’avenir de Nathalie au Parlement européen semblait tracé : tout la destinait à présider le groupe centriste, ancienne « Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe », rebaptisée par un coup de génie macronien « Renew Europe » : c’est tellement plus français ! Avec 21 élus

« C'est ce qui m'a contraint de librement écrire,
Et, sans piquer au vif, me mettre à la satire. »
           Mathurin Régnier
« Mieux est de ris que de larmes escripre,
Pour ce que rire est le propre de l'homme. »
                       Rabelais
LIENS UTILES
ARTICLES PAR THEMES
ARCHIVES
  • Facebook Basic Black