Guillaume Pépy, un maître de com’ sur des rails glissants

« Que c’est triste un train qui siffle dans le soir », chantait autrefois Richard Anthony. Les trains ne sifflent plus et les Français, bloqués par les grèves, ne trouvent pas cela plus gai. Heureusement, la SNCF a un sauveur, capable de remédier à toutes les situations, même les plus simples : son propre patron, Guillaume Pépy. Une gueule, un réseau. Avec son air d’oiseau tombé du nid et son regard en erreur d’aiguillage, Pépy ne passe pas inaperçu dans le paysage médiatique. Quant à son réseau relationnel, lié à son parcours politico-professionnel, il explique la longévité à son poste de ce haut-fonctionnaire devenu patron d’entreprise publique. Inévitablement énarque, ancien directeur de

« C'est ce qui m'a contraint de librement écrire,
Et, sans piquer au vif, me mettre à la satire. »
           Mathurin Régnier
« Mieux est de ris que de larmes escripre,
Pour ce que rire est le propre de l'homme. »
                       Rabelais
LIENS UTILES
ARTICLES PAR THEMES
ARCHIVES
  • Facebook Basic Black