Lui non plus n’est pas sur la photo !

Un petit tour au gouvernement et puis s’en va. Sur la photo du gouvernement, Ferrant ne se conjugue plus au participe présent, mais au participe passé. Enferré dans ses affaires, il est retourné s’asseoir sur les bancs de l’Assemblée nationale après sa réélection en Bretagne, ce qui lui garantira au moins l’immunité parlementaire si l’enquête ouverte sur ses activités par le parquet de Brest tourne mal. L’ancien secrétaire général d’En marche, victime de la nouvelle loi de « moralisation », se verrait bien au « perchoir » de l’Assemblée, ce qui serait un joli lot de consolation. Malheureusement, les nouveaux élus de la RLEM ont pris au sérieux les discours de l’Élu concernant la nécessaire r

Ils ne sont pas sur la photo !

Nous avons, paraît-il, échappé de peu à la raffarinade. L’ancien premier ministre, auto-représentant la droite macro-compatible, aurait volontiers offert ses services à l’Élu en installant ses vieilles humeurs au faîte d’un ministère. Il se raconte, à l’Assemblée, qu’il y aurait posé ses conditions : je veux bien vous faire la grâce de vous offrir mon indispensable concours, aurait-il dit en substance à Macron, à condition qu’aucun élu du Modem n’entre au gouvernement. (Depuis 2012, en effet, Raffy garde un chien de sa chienne au mouton et à son troupeau). Hélas, lui aurait répondu l’Élu avec un sourire en coin, malgré toute l’importance que j’attache à votre concours – Jupiter m’en est témo

Calcul démocratique Un communiste vaut dix lepénistes

En République, tous les Français sont égaux, mais comme le veut une plaisanterie aussi éculée que souvent vérifiée, certains sont plus égaux que d’autres. Les résultats des dernières législatives, et la répartition des sièges de députés dans la nouvelle assemblée, le confirme une fois encore. Les radicaux de gauche (PRG) obtiennent 3 députés avec 0,36 % des suffrages exprimés. 0,12 Le parti communiste a 10 sièges avec 1,2 % des suffrages exprimés. 0,12 La France insoumise, 17 élus avec 4,86 %. 0,28 Le parti socialiste, 29 sièges avec 5,68 %. 0,19 Le Modem, 42 sièges avec 6,06 %. 0,14 Le Front national, 8 élus avec 8,75 % des suffrages exprimés. 1,09 Les amateurs de suite logique trouveront l

Affaire et pau de mouton

Pour Bêêrou, c’est brouté. Son passage au ministère de la justice, premier séjour au gouvernement depuis 1997, s’est terminé plus tôt que prévu, plombé par l’affaire des emplois par le Modem de salariés payés sur les fonds européens et, surtout, par les résultats aux législatives des candidats de la République en marche, qui disposent de la majorité absolue. L’Elu n’a donc plus besoin du mouton et le renvoie à ses patûres. Lors de la passation de pouvoir avec Nicole Belloubet, qui lui succède place Vendôme, le nouvel ex-Garde des Sceaux a déclaré, le 22 juin, avoir « beaucoup, beaucoup agi » depuis sa nomination le 17 mai, et donné un exemple frappant de ses hautes capacités : « une de mes f

Madame Bobo a des bobos

​ Les journalistes ont rapporté et commenté le plus sérieusement du monde, à la veille du deuxième tour de la présidentielle, « l’agression » féroce perpétrée sur Nathalie Kosciusko-Morizet par un certain Vincent Debraize, maire de la commune de Champignolles, un nom qui fleure pourtant bon la France profonde et l’omelette aux cèpes. Rencontrant NKM sur un marché, cet hurluberlu lui a jeté à la face les tracts qu’elle était en train de distribuer, en la traitant de « bobo de m… ». Le coupable soutient qu’il a dit « bobo de droite », ce qui ne change pas fondamentalement la matière du propos. À l’en croire, la tracteuse (femelle urbaine du tracteur), faisant assaut de fin esprit et d'affabili

Richard Ferrand, la probité au fond des urnes

Depuis le temps qu’ils sont à l’ouest, les Bretons semblent avoir perdu le nord. Au point d’avoir, à Brest même et dans ses environs, largement voté au premier tour des législatives (33,93 % des suffrages exprimés) en faveur de Richard Ferrand, député sortant et nouveau ministre de la Cohésion des territoires ; et cela, au moment où celui-ci s’est enlisé dans deux affaires plus malodorantes qu’un épandage de lisier ou qu’un élevage de poulets en batterie. La première est assez banale : Ferrand aurait mis à profit sa position de député pour dégotter à son fiston de 23 ans un petit boulot sympa d’assistant parlementaire auprès de lui, payé sur les crédits de l’Assemblée, sans l’avoir signalé à

Belkassine met les voiles

Nous ne sabrerons pas le champagne – le noble vin est réservé à de plus dignes occasions – mais au moins le mousseux pour célébrer comme il se doit le retour à ses chères études de Najat Vallaud-Belkacem. La franco-marocaine a perdu son maroquin. Si par inadvertance on retient quelque chose de son passage au ministère de l’Education, ce sera ses efforts pour détruire les savoirs et brimer les talents au nom de l’égalité, notamment en supprimant les classes « internationales » et en décourageant les élèves désireux d’apprendre le latin et le grec, ces langues « mortes » qui les reliaient à des racines probablement pas suffisamment ancrées dans la diversitude. On lui doit aussi la désorganisat

François Bêêrou, chevalier blanc ou mouton noir ?

Si, dans quelques centaines d’années, quelque archéologue désœuvré a la curieuse idée d’ouvrir la tombe de François Bêêrou, il sera probablement surpris d’y trouver un crâne de mouton. De l’ovidé, le visage mâle de notre nouveau ministre de la Justice a la structure puissante et camuse, la toison abondante et bouclée, le beau regard calme et profond jusqu’aux abysses. Du broutard, il tient l’habitude de paître au centre du champ politique, obstinément, en se gardant d’approcher des bords extrêmes où le loup s’embusque. Du bélier, il hérite la volonté têtue d’être le chef du troupeau, même si le cheptel se réduit depuis longtemps à une brebis unique, l’inépuisable Marielle de Sarnez, qui le s

Les grenouilles et le macron

Comme le dit un vieux proverbe tibétain d’une sagesse ancestrale : « Quand le crapaud et la grenouille se disputent sous le bec du héron, ne t'étonne pas que les deux se fassent bouffer. » Héron rime avec Macron. Et les querelles qui agitent les opposants au mondialisme avant que les élections soient passées ne riment, elles, à rien. Il sera toujours temps après les législatives de tirer les enseignements de la présidentielle et des erreurs de stratégie commises. D’ici le 18 juin, deuxième tour des élections et anniversaire de Waterloo (mais aussi de la victoire de Patay remportée par Jeanne d’Arc), je propose au peuple grenouillant de méditer le vieux dicton breton à la proverbiale sagesse

F comme… Fillon ? ou Ferrand ?

Le 16 mai, le tout nouveau tout beau président de la République et son tout nouveau tout beau premier ministre avaient décidé de prendre leur temps et d’entretenir le suspens médiatique avant de décliner la composition du tout nouveau tout beau gouvernement. Ce retard à l’allumage était officiellement justifié par la nécessité de contrôler de près les finances et la moralité des futurs ministres : pas question, promis-juré, de connaître de nouvelles et vilaines affaires Cahuzac ou Thévenoud. Serait mis au placard tout ministrable suspect d’avoir un cadavre dans le sien. Avec des têtes aussi nouvelles que celles de François Bêêrou, ou Bruno Lemaire, l'homme qui retourne sa veste chaque fois q

Le coquelet sous la serre de l’aigle

« Un aigle noir a plané sur la ville, il a juré d’être victorieux », chantait-on en France en 1916 pour célébrer les défenseurs de Verdun. Les paroles de ce chant de « l’arrière » ne valaient pas grand-chose et la musique guère mieux, mais elles me sont revenues à la mémoire en voyant les images de la première rencontre entre notre nouvel Elyséen et Angela Merkel. Voilà déjà un certain temps que nos présidents ont pris l’habitude, à peine élus, d’aller à Berlin prêter l’hommage vassalique à la chancelière allemande : Sarkozy s’y était rendu le 16 mai 2007, puis Hollande le 15 mai 2012, pour un voyage éclair au vrai sens du terme : signe annonciateur du quinquennat, l’avion de Flamby, frapp

« C'est ce qui m'a contraint de librement écrire,
Et, sans piquer au vif, me mettre à la satire. »
           Mathurin Régnier
« Mieux est de ris que de larmes escripre,
Pour ce que rire est le propre de l'homme. »
                       Rabelais
LIENS UTILES
ARTICLES PAR THEMES
ARCHIVES
  • Facebook Basic Black